Gerard de Nerval


El Desdichado

I am the Inconsolable,—the Widowed,—the Dark Sire,
The Prince of Aquitaine of the demolished Fort:
My one Star is dead,—and my star-studded lyre
To the Black Sun of Melancholia pays court.

In the night of the Tomb, You who did console,
Give back Mount Pausilippe and the sea of Italy,
The flower that so pleased my desolated soul,
And the trellis with Vine and Rose in filigree.

Am I Lusignan or Biron?...  Eros or Phoebus?
My face is still red from the kiss of the Queen;
I’ve dreamed in the Grotto where the Siren swims...

And twice I’ve crossed Acheron singing hymns,
Voicing, by turns, on the strings of Orpheus,
The Fairy’s ecstasy and the Saintly Woman’s spleen.

Translated by Michael Taormina

El Desdichado

Je suis le ténébreux, - le veuf, - l’inconsolé,
Le prince d’Aquitaine à la tour abolie:
Ma seule étoile est morte, - et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du tombeau, toi qui m’as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d’Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
Et la treille où la pampre à la rose s’allie.

Suis-je Amour ou Phébus? . . . Lusignan ou Biron?
Mon front est rouge encor du baiser de la reine;
J’ai rêvé dans la grotte où nage la syrène. .  .

Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron:
Modulant tour à tour sur la lyre d’Orphée
Les soupirs de la sainte et les cris de la fée.

Gérard de Nerval (1853)